Couches de cybersécurité – Partie 2

Dans le premier article de cette série en trois parties, nous avons parlé d’adopter une approche en couches pour développer et mettre en œuvre une stratégie de cybersécurité solide. Nous avons parlé des deux couches externes : les personnes et le périmètre.

Dans cet article, nous nous concentrerons sur la sécurisation du réseau et des terminaux.

Le réseau

Un réseau est composé d’appareils interconnectés, tels que des ordinateurs, des serveurs et des réseaux sans fil. La sécurisation d’un réseau signifie prendre les mesures nécessaires pour protéger l’intégrité du réseau et des données qui y sont hébergées (plus d’informations sur les données dans notre prochain article). Plusieurs politiques, solutions et services de sécurité sont nécessaires pour protéger adéquatement le réseau. Examinons quelques-unes de ces solutions et services.

Segmentation du réseau

Il s’agit de la séparation de différentes parties d’un réseau informatique ou de zones de réseau avec des périphériques tels que des ponts, des commutateurs et des routeurs. Les principaux avantages de la segmentation du réseau sont :

  • Limiter les privilèges d’accès à ceux qui ont besoin d’accéder aux ressources spécifiées
  • Protéger le réseau des cyberattaques généralisées
  • Augmenter les performances du réseau en réduisant le nombre d’utilisateurs dans des zones spécifiques

Authentification sans fil

Permet aux réseaux d’être sécurisés en garantissant que seuls les utilisateurs disposant des informations d’identification appropriées peuvent accéder aux ressources réseau dont ils ont besoin.

Gestion des informations et des événements de sécurité (SIEM)

Il s’agit de logiciels et de services qui combinent la gestion des informations de sécurité et la gestion des événements de sécurité. Ils fournissent une analyse en temps réel des alertes de sécurité générées par les applications et le matériel réseau.

Services du Centre des opérations de sécurité (SOC)

Ces types de services surveillent et améliorent en permanence la posture de sécurité d’une organisation tout en détectant, analysant, répondant et prévenant les incidents de cybersécurité.

Les terminaux

La sécurité des des terminaux implique la sécurisation des points d’entrée des appareils utilisateur tels que les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables et les appareils mobiles. La sécurisation des terminaux (endpoints) implique :

Détection et réponse aux terminaux (EDR)

Il s’agit de solutions intégrées de sécurité des terminaux qui combinent une surveillance et une collecte continues en temps réel des données des points finaux avec des capacités de réponse et d’analyse automatisées basées sur des règles. Ces solutions sont souvent qualifiées d’antivirus de nouvelle génération bien que la ressemblance avec les anciens logiciels antivirus soit très limitée. Notez que la plupart des assureurs exigeront l’EDR (Endpoint Detection and Response) et ne souscriront pas de police de cyberassurance pour une organisation qui n’a pas mis en place de stratégie EDR.

Gestion des correctifs

Il s’agit d’un processus basique mais essentiel de distribution et d’application des mises à jour logicielles. C’est une tâche souvent négligée par les organisations, mais c’est un élément essentiel de l’hygiène de la cybersécurité car les correctifs sont souvent nécessaires pour corriger les vulnérabilités de sécurité et les bogues dans les applications. Les cadences de gestion des correctifs sont également l’un des contrôles que les cyber-assureurs examineront.

Services de surveillance et d’alerte

Le but de ces services est de rechercher des activités inhabituelles ou suspectes au niveau du terminal.

Chiffrement de lecteur

Ce type de technologie protège les informations en les convertissant en un code illisible qui ne peut pas être déchiffré facilement par des personnes non autorisées.

Analyse de vulnérabilité

Il s’agit d’un service qui permet aux organisations de surveiller leurs réseaux, systèmes et applications pour les vulnérabilités de sécurité.

Encore une fois, les éléments énumérés ci-dessus font partie du développement et de la mise en œuvre de stratégies de cybersécurité solides pour atténuer et gérer les risques.

Dans la dernière partie de cette série, nous nous concentrerons sur les données et la résilience d’une organisation.

MicroAge se fera un plaisir de discuter avec vous de votre stratégie de cybersécurité. Contactez-nous aujourd’hui.

Trouvez votre MicroAge

Avec plus de 41 succursales d’un océan à l’autre, MicroAge est l’un des principaux fournisseurs de solutions TI au Canada.

Articles les plus commentés

online collaboration advantages

3 principales raisons pour lesquelles votre entreprise devrait adopter un logiciel de collaboration en ligne

Dans le monde d’aujourd’hui où les goûts des consommateurs semblent changer chaque heure, votre entreprise doit suivre ces changements aussi vite que possible. Heureusement, les…

Lire la suite
Remote working security

Conseils de sécurité qui devraient être mis en place pour le télétravail

Le travail à distance (télétravail) change le fonctionnement de la main-d’œuvre mondiale. Les tendances récentes indiquent que le travail à distance augmente et ne montre…

Lire la suite

Tactiques d’intimidation: les cyber-gangs de rançongiciels appellent maintenant leurs victimes

Les cyber-gangs utilisent un certain nombre de tactiques pour intimider leurs cibles afin qu’elles paient leurs rançons. Les victimes sont souvent menacées ou soumises à…

Lire la suite
IT Investments

Planifier votre budget et vos investissements informatique pour 2022

Avec 2022 qui approche à grands pas, de nombreuses organisations planifient et budgètent pour l’année à venir. L’informatique devrait faire partie de cette discussion. Nous…

Lire la suite
phishing campaign

Les simulations d’hameçonnage peuvent-elles aider à réduire les cyberrisques ?

Dans un article précédent, nous avons expliqué ce qu’est la formation de sensibilisation à la cybersécurité et comment elle a aidé les organisations et leurs…

Lire la suite